Atelier – initiation à la conférence gesticulée

Atelier

Initiation à la conférence gesticulée

Atelier d’une journée pouvant être proposé au lendemain de la conférence gesticulée collective et interactive : les Incultes. Cet atelier peut également être proposé indépendamment de la présentation des Incultes au sein d’une structure souhaitant initier ses miliant-es à la conférence gesticulée comme outil d’éducation populaire.

Attention : contrairement aux stages de réalisation, nous n’organisons pas d’ateliers en intra où les personnes peuvent s’inscrire individuellement. C’est toujours une structure qui nous fait intervenir pour l’animation de l’atelier… elle mobilise ensuite ses réseaux, ses adhérents, ses militants en les invitant à prendre part à l’atelier.

Objectifs

Cet atelier d’éducation populaire vise à « s’initier à la conférence gesticulée ». Il regroupe des personnes intéressées pour découvrir la méthode utilisée en stage de conférences gesticulées et pour s’initier au tressage de savoirs froids et de savoirs chauds. C’est ainsi qu’au cours de la journée, nous inviterons les personnes à se raconter, à analyser leur récit de vie puis à mettre cette analyse expérientielle en oralité et en forme. Nous travaillerons à partir de la méthode du « RATO » (Récit, Analyse, Transformation, Œuvre). L’objectif est qu’à l’issue de l’atelier, chacun-e ait pu mettre en œuvre un discours gesticulé de 15-20 minutes maximum individuellement, en binôme ou en petit groupe.

Contenus

  • Invitation à ce que chaque personne identifie un sujet dont elle souhaiterait parler dans le cadre d’une conférence gesticulée. Ce sujet est incarné dans le sens où la personne a une histoire avec ce sujet (professionnelle, militante, familiale…).
  • Récit autobiographique individuel à partir du sujet choisi : qu’est-ce qui fait problème ?
  • Analyse des problèmes apparus dans le récit de vie : quelles sont les causes structurelles (et non individuelles ou psychologiques) de ces problèmes ?
  • Individuellement ou en groupe, réflexion sur la manière d’agir sur ces problèmes : quelle transformation sociale ?
  • Structuration du récit analysé qui passera par un temps d’anecdotes, d’analyse politique, d’apports théoriques et de mise en perspective (que nous appelons aussi l’étape du « Tarmac »).
  • Présentation du discours gesticulé, individuellement, en binôme ou en petit groupe.

Méthode pédagogique

  • 1ère étape : Présentation de la conférence gesticulée – outil d’éducation populaire politique visant à dévoiler des mécanismes structurelles de domination en s’appuyant sur un récit de vie personnel. Présentation de principaux thèmes. Positionnement des participant.e.s sur les thèmes. La définition des thèmes peut se faire à partir de la technique du « pense-écoute ».
  • 2ème étape : Récit de vie en petit groupe – Méthode du « GIM – Groupe d’Interview Mutuelle »
  • 3ème étape : Enrichissement – Phase d’analyse. Il s’agit de proposer et partager des notions issues de savoirs universitaires pour mettre en évidence le caractère structurel du récit situé. Formulation d’une action de transformation sociale désirable. Cette phase d’enrichissement peut se faire sous la forme de « débat mouvant » ou de « gro-débat ».
  • 4ème étape : Mise en parole et en jeu. Il s’agit de produire le squelette du récit, de casser l’ordre du discours scolaire ou universitaire pour entrer dans celui du récit. La mise en scène permettra de sortir de l’exposé logique et de ré-articuler de façon imaginative une façon d’assembler les différents éléments. Chaque réalisation devra durer entre 10 et 20 minutes maximum.
  • 5ème étape : Présentation des différentes gesticulations aux participant.e.s de l’atelier voir à un public de curieux et de curieuses invité-es pour l’occasion.

Références

  • BOURRIEAU Jean : L’éducation populaire réinterrogée, L’Harmattan, 2003
  • CACERES Benigno : Histoire de l’éducation populaire. Le Seuil, 1964.
  • CARTON Luc : Éducation populaire ou animation socioculturelle ? dont « 6 critères possibles qualifiant une action d’éducation populaire », Groupe de recherche sur l’éducation populaire et le métier de directeur de MJC. Lettres de la FFMJC n° 8 (mars 1996), n° 9 (septembre 1996), n° 10 (novembre 1996).
  • COULON Marie-Jo et LE GRAND Jean-Louis : Histoires de vie collective et éducation populaire – Les entretiens de Passay, Editions L’Harmattan, 2000
  • LEPAGE Franck : L’éducation populaire, Monsieur, ils n’en ont pas voulu…Inculture(s) 1. Editions du Cerisier. Cuesmes. Belgique. 2007.
  • MAUREL Christian : Education populaire et travail de la culture. Eléments d’une théorie de la praxis, Paris, L’Harmattan, 2000.
  • MAUREL Christian : Education populaire et puissance d’agir. Les processus culturels de l’émancipation. L’Harmattan. Collection Le travail social. 2010
  • RITAINE Évelyne : Les stratèges de la culture. Presse de la Fondation nationale des Sciences politiques, Paris, 1983.
  • ROCHE Pierre : Approche clinique et éducation populaire. Les cahiers du laboratoire du changement social N°7.

Public : Tout public
Durée : 1 journée
Modalités et tarifs : contact@ardeur.net

Partage :

Les commentaires sont fermés.