Formation : animer un atelier de désintoxication à la langue de bois

L’ardeur propose durant l’année 2020 un stage de 2 jours afin de se former à l’animation d’ateliers de désintoxication de la langue de bois. Cette formation s’adresse à toute personne désireuse, dans son engagement professionnel et/ou militant, de s’emparer de cet outil d’éducation populaire… En deux journées, les personnes seront formées pour pouvoir animer à leur tour un atelier pour combattre la novlangue.

Cette formation se déroulera le lundi 20 et mardi 21 juillet 2020 au centre de montagne de Germ (65). Le tarif de la formation, hors hébergement et restauration, est fixé à 200 € les deux jours. Il est également possible d’être hébergé et nourri sur place (prévoir budget complémentaire). Pour plus d’information ou pour s’inscrire : formations@ardeur.net

Présentation de l’atelier pour lequel les stagiaires seront formé-es :

Objectifs

Parce que les manipulations du langage dans nos relations institutionnelles (CAF, Pôle emploi…), politiques (média, vie politique…) et surtout professionnelles (nouveau management, protocoles, démarche qualité, évaluations, compétences…) modifient notre perception du monde et plus encore la perception de nos métiers et visent à les détruire… Un atelier pour identifier les différentes formes de manipulation, s’exercer à les comprendre et les déconstruire, et imaginer les résistances collectives.

Contenus

  • Révision des formes de style de la langue de bois : euphémismes (dégâts collatéraux), oxymores (croissance négative), antiphrases (plan de sauvegarde de l’emploi), faux-amis (réforme), anglicismes (coach), sigles (RGPP), technicisateurs (technicien de surface), enjoliveurs (hôtesse de caisse), pléonasmes (démocratie participative), faux-ennemis (charges sociales), etc.
  • Analyse des lieux d’élaboration de ces éléments de langage : les « think-tanks »…
  • Atelier d’écriture de langue de bois : demande de non projet, dépôt de non-subvention, Ridiculum Vitae, détournements de sigles, traductions, thèmes, on ne dit plus – on dit, fiches de poste en non langue de bois, etc.
  • Inventaire de résistances et stratégies concrètes de contre-offensive sur le langage.

Méthode pédagogique

Travail en plénière et en sous groupes, ateliers d’écriture, indications bibliographiques, topos explicatifs, recueil et analyse de témoignages.

Partage :
Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *